samedi 29 mars 2014

AU JOUR LE JOUR 5, CARNETS 2000-2005...Extrait

   Le sentiment de la nature, de son "étrangeté" est peut-être le degré le plus bas  de la perception du non-humain, de la perception de puissances qui ne relèvent pas de l'espèce humaine. Oui, c'est peut-être quelque chose de très primaire, mais c'est du moins quelque chose qui vous arrache à la toute puissance de nos sociétés humaines, faisant craquer les bornes d'un univers artificiellement clos, tel celui de la "ville tentaculaire".    Je me suis dit soudain que le Louvre était mes sentiers, mes bois,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 29 mars 2014

TERRITOIRES DU SOUFFLE...Extrait

Rien n'est plus absurde que de faire planer la poésie au-delà de nos sols. Rien n'est plus injustifié que de parquer les poètes dans un enclos.  Quand, tout au contraire, la poésie s'abouche et débouche sur la réalité. Quant, tout à l'opposé, les poètes pratiquent un corps-à-corps incessant avec la vie.  Remettant sans cesse en question le monde et leur propre regard, ils transpercent les écrans, dénoncent l'écart entre le semblant et le réel, s'efforcent à une plénitude.    « La vie du poète est un rêve... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 29 mars 2014

LES DISCRETS...

Peut-être sont-ils dans l'ombre comme dans la lumière, il suffit d'aimer cette lézarde dans le mur, une graine y a volé dans la poussière et tu peux voir la planteinaccessible fleurir : les dieux couvent l'obscure germination, l'attention au petit est l'encens qu'ils agréent; eux qui ne connaissent pas la distance de l'étoile à la haies'endorment sur le calice d'une rose. .   PAUL DE ROUX   .      
Posté par emmila à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 20 mars 2014

GASTON MIRON

.... Le temps mon amour le temps ramage de toicontinûment je te parle à voix de passerellesbeaucoup de gens me soufflent ton nom de bouquetje sais ainsi que tu es toujours la plus jolieet naissante comme les beautés de chaque saisonil fait un monde heureux foulé de vols courbes ...   .   GASTON MIRON   .    
Posté par emmila à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 20 mars 2014

HISTOIRES DE SOIFS...Extrait

Le goutte à goutte du temps sous nos paupières pour déflorer nos certitudes.   Des livres où s'ensablent les paroles .   Silence trompeur entre les mots ou simplement absence de soif pour nous guérir de nos oublis.   Ciel d'encre sur les arbres amputés sur les fourmis en fuite.   Ciel d'encre qui expulsent les mots tricheurs.   Un chapelet de larmes dans la lumière.   .   EMILE HEMMEN   .   Photographie Nathalie Magrez http://mondessensibles.com/
Posté par emmila à 16:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 19 mars 2014

SILENCE

Le silence c'est l'absence de mots seulement l' illusion je souris seul et personne ne parle le vent grippe la porte et le chat éternue le claquement du feu sous les coulées de larmes je passe plus de temps aux chemins de ma tête aux rires des absents leur parole de sel qu'à pleurer sur l'absence le marin solitaire sans le loup du malheur il n'en est que de ma maison de mon message à l'autre.   .   JEAN DIHARSCE   .      
Posté par emmila à 21:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 19 mars 2014

AU COEUR DU COEUR...Extrait

Pour un coin d’eau de traces et d’herbe verteOù l’oeil serait nu le coeur de roséeLes mains feuilles ouvertesJe vaisAile au soleilMarchant pour l’étoileSon odeur de résine et de rêve d’enfantC’est la route des fables la route des genêtsQue bordent les noirs sourires d’enracinésVoici l’île la fleur la découverteVoici l’oiseau chanteurVoici les lendemainsLes mensonges aux yeux de mouettes. .   ANDREE CHEDID   .      
Posté par emmila à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 16 mars 2014

GASTON MIRON

Mon poèmecomme le souffle d'un monde affalé contre samortqui ne vient pasqui ne passe pasqui ne délivre pascomme une suite de mots moribonds en héritagecomme de petits flocons de râles aux abordsdes lèvrescomme dans les étendues diffuses de mon corpsmon poèmeentre haleine et syncopesce faible souffle phénix d'un homme cernéd'irréeldans l'extinction de voix d'un peuple granulédans sa déréliction pareille aux retours dessaisonsune buée non réparable dans le miroir dumondemon poèmece poème-làpaix à tes cendres .   GASTON MIRON ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 16 mars 2014

GUISANE... Extrait

Le silence s’efface lentement sur la terre où nous passons. Il reste l’indulgence et la compassion des forêts. Il reste un arbre tout en haut de cette colline de pardon. Et si nous prions, c’est pour des dieux de terre mais la prière est précaire. Il nous reste l’imaginaire des anges. Cet amour végétal, au plus profond de nous-mêmes, qui pose sa tête sur l’épaule des solitudes. Le silence magnifie les branches et le texte de l’écorce. C’est ta vie que tu versifies dans la pluie traversière. Tu te dois de lui donner la musique la plus... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 15 mars 2014

LE DON DE LA JOIE

Qui trouve au bord du dénuementsur les remparts de sa faimune larme discrètel'amère saveur du chaosqui du fond de sa solitudetire un visage attentifune fontaine coutumièreet parle sans souci de ses propres embûchescelui-là sait que Dieu s'installe dans le corpspour une éternité premièreet rien ne peut plus le distrairede cette voix qui s'est tueau centre de l'épi.   .   JEAN SENAC   .  
Posté par emmila à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,