Les dieux ont déserté la terre
ils ont laissé l’ocre et le bleu
les cimes violettes la source
le mercure ardent de la mer
tel un peintre terrifié
abandonne sa palette
tels des courtisans chassés
oublient leurs boites de fards

voici les couleurs minérales
parmi les hommes stupéfaits
et leurs doigts inaccoutumés
à ces mystérieuses merveilles
effleurent de minces substances
repliées sur leurs secrets
offertes selon l’apparence
chiffrés comme des énigmes

un matin de grise attente
à l’heure de l’aube plate
sur la mer j’ai vu la beauté
ériger ses hautes demeures
j’ai vu dans le soleil levant
le Christ dévoiler pour son Père
et pour les hommes nouveaux-nés
toutes les couleurs de la terre

.

 

PIERRE ETIENNE

 

.

 

terre2