La rue étroite, partagée par une gargouille, était pentue, bordée d'ateliers que chaque artiste occupait. Cela rendait l'endroit magique. Pedro m'accompagnait vêtu de son grand manteau noir défraîchi, ouvert sur une chemise blanche immaculée, ses cheveux aux larges boucles étaient libres, aucun sens ne leur avait été imposé; j'aurai dû le reconnaitre !!! Ses toiles séchaient dans son grand espace privé. Je les dévorais des yeux et mon regard croisa le sien qui me transperça, il me parlait de paysages d'hiver, de fontaines gelées, de romans que j'avais lus, j'avais l'impression de connaître ses endroits, de sentir l'atmosphère de moments vécus. Brusquement tu me vins à l'esprit, toi, mon amie partie trop tôt, et tout en moi fut plus fortement attiré vers lui; je compris...  C'était ton Pedro, ton " Pablo " en réalité, celui que tu avais tant aimé et dont tu me contais les moindres détails de votre histoire. De l'au-delà tu me l'avais fait rencontrer et à travers moi tu vivais ces instants. Tout mon être était fiévreux et c'est naturellement, qu'au bord d'un ruisseau, dans l'herbe tendre de l'immense toile exposée dans l'atelier, tu nous as poussés l'un contre l'autre; nous avons fait l'amour dans un accord parfait... Je me suis réveillée, empreinte d'un merveilleux sentiment , une nuit durant laquelle nous nous sommes retrouvées l'instant d'un rêve sans limite...... l'une avec l'autre fusionnelles...

.

 

JOSIANE

 

.

 

long-hair