Rappelle-toi l'été
le vent des nuits,
les avoines fantômes
sous la lourde lune
inondant la rivière d'anis,

Là-haut, dans le fenil
les chuintements des effraies,
là-bas, le choc mou d'une pomme
sur les feuilles mortes
du temps,

et l'horloge impassible
ordonnant le silence
des vivants et des morts.

.

 

FREDERIC JACQUES TEMPLE

 

.

 

 

julien dupré2

Oeuvre Julien Dupré