mardi 17 juin 2014

SOURIRE D'AIMER...Extrait

Je n’étais pas dans le besoin,je n’avais rien demandé et pourtant tu étais déjà loinlorsque je voulus te remercier.Tout ce qu’on me dit, fut qu’une bonne dameavait déjà payé mon dû.J’ignore, sans en faire un drame,pourquoi elle le fit, cette inconnue.Pourquoi paya-t-elle mon café,sans un signe de la tête, du doigt,me permettant de refuser, ou de l’inviter, comme il se doit ?Temples, chapelles, cathédrales,ce n’est pas à l’abri de vos vitrauxni en vertu de vos moralesque sont faits les plus beaux cadeaux.L’amour se trouve là où il... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 17 juin 2014

HISTOIRES DE SOIFS...Extrait

Pas un seul mot où se heurter   Parole d'absence qui ne parle plus   Et nous puisons l'argile avec des rêves qui font crier nos ciels d'oiseaux.   Après, hurler de toute la chair dans les mots nus, au creux d'un ventre vide.   La soif s'appelle pluriel.   Mots orphelins gardant leur blanc d'hiver.   Mots quotidiens portant vos prières comme les deux faces d'une même présence: celle du dessus celle du dessous.   Des mots à vide qui, lentement, s'en vont dans l'écriture... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 17 juin 2014

EN FILIGRANE, L'ARDENNE...Extrait

Dans les méandres de la mémoire le lieu natal fragile îlot de tendresse où se délitent paroles caresses d'oiseaux et rires engrangés.   Charrois de lies dans nos déserts intérieurs.   L'incertitude se fragmente c'est comme si on venait de naître ou de voir plus loin que la nuit.   .   AGNES SCHNELL   .   Photographie Eléna Shumilova    
Posté par emmila à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 17 juin 2014

LE TEMPS

 On attend...des réponses qui ne viennent pas, des nouvelles, un résultat, l'enfant, les cerises, la pluie, l'amour, la guérison. Et le temps passe...Le présent. Derrière lui, l'enfant le tire déjà dans un chariot en bois, accroché à une ficelle, éclatant de rire.  Lourd ou sans nuage et tourné vers le futur, le passé s'allonge. Plus tard, on attend encore, l'avenir que l'on doit se construire: l'étudiant l'apprendra à ses dépens, en abandonnant peu à peu sa merveilleuse insouciance. Hier s'installe, c'est déjà demain. On... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 17 juin 2014

MYRIAM MONTOYA

Arrivent les voix de l’inframonde grégaire à l’âge où l’éclat des dahlias et les vibrations de l’air fêtent l’innocence Danses chœurs levés au soleil et à la lune étouffent le cri La fleur sanglante apaise la terreur collective et masculine La jeune fille initiée sur un hamac cicatrise   .   MYRIAM MONTOYA   .