Parfois
on peut laisser des bouts de vie
nul ne me contestera d'y être en ma maison
en ce pays où j'ai racine
on pélerine quelquefois
les coquilles ont des jacques qui se replient au ciel
on se fait des mémoires comme on offre un bijou
on monte un peu plus haut
des chardons en montagnes
un nom imprononçable
une église en vertige
des torrents qui protestent
et au-delà
l'Espagne
qui se défait des mains
à trop avoir saigné

.

 

JEAN DIHARSCE

 

.

 

 

CHEMIN COMPOSTELLE