jeudi 26 juin 2014

LES VRAIS AMIS SONT COMME LES ARBRES....

Les vrais amis sont comme les arbres Ils ont hâte de te voir Mais restent imperturbables Si tu ne passes pas dire bonsoir Même après une longue absence Tu peux renouer avec eux Il n’y a pas d’intermittence Te revoir les rend heureux Les vrais amis sont comme les arbres Plantés très loin ou bien tout près Sans jalousie et sans alarme Ils croissent, c’est leur métier Les vrais amis sont comme les arbres Ils tendent leurs bras, ne plient pas Ils grimpent vers la lumière C’est ce qui les met en joie Les vrais amis sont comme les arbres... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 26 juin 2014

NATURELLE...

    Je pars, je vais mêler une histoire à la mienne, pimenter ma vie et colorer mes effets; Je vais abandonner le noir qui me rend transparente et oser le bleu, le jaune et le rouge, détacher mes cheveux, les couronner d'une nature fraîche. Je couvrirais les murs de tissus faiseurs de  lumière chaude. Je rendrais leur liberté à mes pieds, je délivrerais mes seins prisonniers depuis trop longtemps. J'évoluerais dans un jardin verdoyant sans clôture. Oiseaux et petites grenouilles, mobile sonore naturel, inventeront une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 26 juin 2014

JEAN DIHARCE

Parfoison peut laisser des bouts de vienul ne me contestera d'y être en ma maisonen ce pays où j'ai racineon pélerine quelquefoisles coquilles ont des jacques qui se replient au cielon se fait des mémoires comme on offre un bijouon monte un peu plus hautdes chardons en montagnesun nom imprononçableune église en vertigedes torrents qui protestentet au-delàl'Espagnequi se défait des mainsà trop avoir saigné .   JEAN DIHARSCE   .        
Posté par emmila à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 26 juin 2014

JOSE EMILIO PACHECO

Les éléments de la nuitSous le plus petit empire que l'été a rongés'écroulent les jours, la foi, les prévisions.Dans la dernière valléela destruction s'assouvitdans des villes vaincues que la cendre affronte.La pluie éteint la forêt illuminée par l'éclair.La nuit laisse son venin.Les mots se brisent contre l'air.Rien ne se restitue,Rien n'accordeLa verdeur aux champs calcinés.Ni l'eau dans son exilNe retournera à la fontaineNi les os de l'aigleNe retourneront à ses ailes.   .   JOSE EMILIO PACHECO .     ... [Lire la suite]