.

 

Je ferme les yeux
Je respire à fond
Je fais le vide dans mon disque dur
Et puis j’envoie ma plume se promener
Sur un morceau de papier
Je laisse réfléchir les astres favorables
À l’apparition de l’objet de mon désir
Et puis… et puis… j’attends
Un poème, un quatrain, un refrain ?
Que sais-je ?
Juste de quoi guérir mon désir

Je crois que je suis apte
À recevoir l’objet de mon désir… au hasard
Quelques vers sculptés par un poète arabe
D’origine syrienne, né en Égypte et adopté par la Tunisie
Comme hymne prémonitoire
Au printemps été arabe

Ça y est… il y est
Je vais vous lire
Ce qui vient de tomber sous ma plume :

« Lorsqu’un jour le peuple veut vivre
Force est pour le destin, de répondre
Force est pour les ténèbres de se dissiper
Force est pour les chaînes de se briser »

 

.

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/08/tchao-pantin/