Devant l’aube graduelle
qui préface le monde

et le silence étale
autour de nos épaules

devant les veines bleues
des vitres sous le gel

l’éclosion des fenêtres
et des neiges futures

devant l’aire qui flambe
et l’ombre fraternelle

devant l’immense baie
et l’arbre foudroyé

devant la Croix du Sud
et la nuit sanctifiée

Je le jure :
La beauté seule est innocente.

.

 

GILLES BAUDRY

 

.

 

GILLES