Foulés sans cesse, les escaliers cabossés, usés, déroulent une histoire à chaque marche. Des milliers de pas légers ou plus lourds les ont dévalés, pressés de rejoindre un amour. Des dizaines de fois de joyeuses descentes et remontées d'enfants ont  été martelés, musclant les petits mollets. Plus difficile, l'ascension journalière mais obligatoire, d'une vieille dame qui a contribué à lustrer la pierre, posant ses pieds toujours au même endroit...L'Automne les habille de feuilles finissantes, un instant protégés, un moment de répit, presqu'un abandon. La pluie les a maintes fois délavés, le gel les a déformés, le temps les a sculptés, polissés,  dangereux pour ceux qui, à grande vitesse, chutaient, les transformant ainsi en toboggans diaboliques. Ils mènent toujours quelque part, raccourci intelligent, ou seul moyen d'accés. Puis, un jour ils ne sont plus empruntés et se tapissent de petites fleurs libres afin de vivre sereinement...

.

 

JOSIANE

 

.

 

escalier2