Vecu un pratu sott'à lu sole
È tanti panni tesi nantu
Un acellu piglia u so volu
È aghju u mio core frantu.

Culà l'ochji spenti Miola sunnieghja
Culà u mio estru corre è a fideghja
Culà ci s'hè firmata a mio vita.

Vecu un pagliaghju fumichendu
Còmpulu à l'ora di a munta
È a mio mimoria s'accende
Per un pizzacciu di pane untu.

Culà Francesc'Antone zappa l'ortu
Culà vecu ballà e barche in portu
Culà ci s'hè firmata a mio vita.

Vecu una scola è un tavulone
Sentu mughjà mille zitelli
È di babbò tante canzone
Mi danu u fretu à a pella.

Culà Fasgianu trascina duie legne
Culà sentu lu mio paese pienghje
Culà ci s'hè firmata a mio vita.

Vecu una ghjesgia sott'à l'invernu
Dui tizzoni è un casgile
A piaghja cutrata è inferma
Chì aspetta u mese d'Aprile.

Culà sentu u ventu frà i pini
Culà di Roccu sentu u viulinu
Culà ci s'hè firmata a mio vita.

Vecu un chjarasgione fiuritu
È sentu fiscà i pastori
È tanti mumenti felici
L'aghju inchjudati in lu mio core.

Culà vecu a neve per i chjassi
Culà sempre voltenu i mio passi
Culà ci s'hè firmata a mio vita.

 

.

 

D. NOBILI, P.F. NASICA

.

Je vois un pré sous le soleil
Et beaucoup de linge étendu dessus
Un oiseau prend son envol
Et j'ai mon coeur broyé.

Là bas, le regard éteint, Miola rève
Là bas mon être courre et la regarde
Là bas est resté ma vie.

Je vois une bergerie qui fume
Un enclos à l'heure de la traite
Et ma mémoire se ravive
Pour un simple petit morceau de pain et d'huile.

Là bas Francesc' Antone bèche le jardin
Là bas je vois danser les barques du port
Là bas est resté ma vie.

Je vois une école et un grand tableau
J'entends crier des milliers d'enfants
Et de mon grand père tant de chansons
Me donnent la chair de poule.

Là bas Fasgianu traine un peu de bois
Là bas j'entends mon village pleurer
Là bas est resté ma vie.

Je vois une église en hiver
Quelques tisons et une bergerie
La plaine gelée et stérile
Qui attend le mois d'avril

Là bas j'entends le vent à travers les pins
Là bas j'entends le violon de Roccu
Là bas est resté ma vie.

Je vois un grand cerisier fleuri
Et j'entends siffler les bergers
Et tous ces moments heureux
Je les ai cloué dans mon coeur.

Là bas je vois la neige sur les chemins
Là bas toujours retournent mes pas
Là bas est resté ma vie.

.

le chemin des dames