Non corps à corps

Mais âme à âme

N'annulant nullement chair et sang

N'évacuant ni source ni flamme

Laissant cependant circuler l'air

La brume, la vapeur, éclair et tonnerre

Bourrasques et averse, ardente déchirure...

De la vallée du manque montent à présent

Les choses par l'azur aspirées

La lumière envahit tout intervalle

Propageant haleine d'embruns et saveur d'algues

Le lointain est l'envol des pétales

Éperdus de vent

Et le proche l'écho d'une louange

Au nid éclaté

 

Alors souffle le juste Vide médian

Alors passe, in-attendu, l'ange

 

.

 

FRANCOIS CHENG

 

.

 

souffle2