La peau de lumière vêtant ce monde est sans épaisseur

et moi je vois la nuit profonde de tous les corps

identique sous le voile varié et la lumière de moi-même

c’est cette nuit que même le masque solaire ne peut plus me cacher.

Je suis le voyant de la nuit

l’auditeur du silence

car le silence aussi s’habille d’une peau sonore

et chaque sens a sa nuit comme moi-même

je suis ma nuit

je suis le penseur du non-être et sa splendeur

je suis le père de la mort.

Elle en est la mère elle que j’évoque

du parfait miroir de la nuit

je suis l’homme à l’envers

ma parole est un trou dans le silence.

Je connais la désillusion

je détruis ce que je deviens

je tue ce que j’aime.

.

 

RENE DAUMAL

 

.

 

DAUMAL