mardi 9 décembre 2014

SOIE

Toi que j’appelais parfois Soiepour ne pas te nommer en chair,je te regarde brasiller,montrant ce que chacun peut voirmais que moi j’aimerais voilerquand mes yeux cherchent à tâtonspar les échancrures des soiesla piste qui me conduiradans l’ombre sainte de tes seins.J’y resterais toute la nuit,dans le silence des caresseset le soupçon des frôlements,pour qu’à l’aube je puisse enfinvoir se dorer dans la lumièreces coupoles du sanctuaireô Soie, de l’ultime désir.     HUBERT NYSSEN         ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 9 décembre 2014

CARCO

Dis qu'as-tu fait des jours enfuis De ta jeunesse et de toi-même De tes mains pleines de poèmes Qui tremblaient au bout de ta nuit Il avait toujours dans la tête Le manège d'anciens tourments De la fenêtre par moment Parvenaient des bouffées de fête Où sont les lumières lointaines Voici fermés les yeux éteints Ce chant des lilas au matin De Montmartre à Mortefontaine Tu meurs sans avoir vu le drame Carco qui ne sus que chanter Te souviens-tu de cet été De Nice où nous nous rencontrâmes On faisait semblant d'être heureux Le ciel... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 9 décembre 2014

POEMES EPARS...Extrait

Voici l’été de ton nom murmuréle grand été vert tout autour de ta maisonet si doux quand glisse dessus ton regardvoici les miels de somnolenceà ton cou d’herbes follesl’oubli collier de mésangesje soufflais sur toi un vent de puitsalors tes yeux avouaientleur beauté d’années-lumièreet sous ma main de parfaite innocencenaissait ton corps le parfait paysvoici l’été profond dans ton oreillemais pour moi l’été cratère où tu n’es pasle grand châle bleu de l’espace où mourir     GASTON MIRON         ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 9 décembre 2014

LETTRE DU COEUR ET AUTRES PAYSAGES...Extrait

Tu es la fête rebelle du désirsource du chant jailli d’instinctriposte vive du feuet forme inavouée de ses codesUn besoin d’aimer fait violenceà tout ce qui simple écho des censuresne peut se dresser en une suitede petits désordres déterminéscapables de tracerta ligne de vieau milieu de mon poèmeSans ta voix pour la portermon écriture ne serait plus jamais la même         DOMINIQUE LAUZON         Oeuvre Michael Gorban    
Posté par emmila à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,