À quelques pas
du Jour de l’An
Un matin d’antan
par temps de vent
et temps de tempête
Quand tremblent
   La terre


             Le corps
                   Le cœur
                        L’être

Par tant de houle
surgit en flash brouillé
en histoire de fou
Une folie d’amour
de flou en mémoire
En souvenir qui jaillit
d’entre les feuilles mortes
d’un carnet de route
tombé au pied du mur
de béton lunaire

Telles les graines de pin colonnaire
.
.
.
DEWE GORODEY
.
.
.

francis-picabia

Oeuvre Francis Picabia