samedi 31 janvier 2015

EXIL A LA FRONTIERE DES MONDES

 pour Elsik, la tcharentsienne    Es-tu du côté du rêve ou bien du réel ? Ton ombre est là, à mes côtés, — tu es là. Et pourtant, — je t’ai dans moi, — quand j’ai faim de toi. Je t’appelle de loin et dès lors en moi tu viens. — Je passe dans ton ombre, je glisse dans ton soleil. Je suis en avant de toi, j’en chante quand tu parles. — Et, je t’enchante et nous naissons de cet en chant.   Puis, tu pars alors au-delà du visible. — Tu reviens entre mes mains, tu es mon demain. — Reculer les résistances,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 31 janvier 2015

JOEL GRENIER...Extrait

Ah ! Marcher tout là-haut sur la pointe des oiseaux ! Mettre les mots nuages côte à côte. Sans parler, sans faire d'autres bruits que le murmure des regards qui se croisent en bordant le silence d'azur. Comme un début de voyage qui laisse son empreinte dans l'horizon qui s'envole. Donne-moi la main, j'ai peur de me perdre dans ton ciel quand il laisse des traces. Si tu la serres fort, je dirais au vent de se taire, pour n'effacer rien.   . JOEL GRENIER   .   Photographie C. Ortoli      ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 31 janvier 2015

GUISANE...Extrait

.   PATRICK CHEMIN
Posté par emmila à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 31 janvier 2015

NOUVEAUX POEMES...Extrait

Je suis Palestinienne ! Bergère des foudres ! Chaque seconde, j’enfante Tous les millénaires de ma terre Que je reprendrai, Dans l’insaisissable lumière De mon ventre céleste, Intarissable source des poings Qui broieront les ténèbres De vos lâches feux d’assassins !   .   MOKHTAR  EL AMRAOUI   .   Oeuvre Guy Denning
samedi 31 janvier 2015

LA DERNIERE INNOCENCE...Extrait

L’île s’enfuitEt encore une fois la fille gravit le ventet découvre la mort de l’oiseau prophèteA présentc’est le feu soumisA présentc’est la chairla feuillela pierreégarés dans la source du tourmentcomme le navigateur dans l’horreur de la civilisationqui purifie la tombée de la nuitA présentla fille trouve le masque de l’infiniet casse le mur de la poésie. .   ALEJANDRA PIZARNIK   .