Il connaît tous les chemins tous les vents,
les vents et leurs jardins,
les jardins où les mots croissent
et les chemins du mot jusqu’à l’espoir.

Le chemin l’emporta sur la pente du monde,
l’emporta le diable parmi les mots,
pour qu’il fasse la cour à sa propre ombre,
pour qu’il chante dans le jardin chimérique:

les fantaisies de son clair de lune magique,
la rose de chien et son dégoût,
pour qu’il aveugle le paysage même arraché de l’oeil d’autrui,
pour qu’il rende la nuit au nom de la tendresse.

 

.

 

BRANKO MILJKOVIC

 

.

 

Démosthènes Davvetas

Oeuvre Démosthènes Davvetas