lundi 4 mai 2015

JE VEUX

Je veux vous dire un pays de mots  Ou la nuit enfante la lumière,  La mélancolie engendre L'ivresse  et le silence est un langage…   Je veux vous offrir un espace Dans mon paysage intérieur Que ma poésie soit une Maison commune   Je veux un verbe solidaire Même traversant la page en solitaire Je veux être écho de mes frères   Je veux écrire Dans la solitude Une poésie Pour la multitude   Je veux du sang, de la chair Des larmes, des rires  Je veux la vie qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 4 mai 2015

MARIA-DOLORES CANO

Le monde le quitte, il s’accroche aux nuages, à la vie, à l’étoile. Il retient la lumière dans sa cage d’opale, le temps ne l’attend pas. Il se souvient le vent, ses cris dans les grands arbres, les fleurs sur le chemin au retour de l’école. La vie lui tient la main. Dans ses yeux tout un monde, les astres en habits neufs, le sourire des enfants et ces perles de rêves qui égayent son cœur. Les oiseaux volent bas, ils embrassent les herbes et tissent leurs demeures. L’air est bleu, il écrit dans les cœurs des mots pleins de douceur.... [Lire la suite]
lundi 4 mai 2015

RESONNANCES (4)

Heureux temps que le présent perpétuel. L’enfance s’y enroule comme une roue pas encore formatée par la rigueur de la morale et du bien séant. L’heure ensemence l’heure du plus pur murmure des fleurs. Le pas incertain ouvre des voies inconnues, il pleut des premières fois à foison. La nouveauté subjugue l’espace, catapulte l’obscurité que l’on croit revers de la blancheur. Nous marchons si souvent les yeux fermés qu’il nous arrive de traverser le feu sans même le voir. Comme cette eau oubliée dans le fond d’un baquet vieilli, nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 4 mai 2015

SANGUINE

La fermeture éclair a glissé sur tes reinsEt tout l'orage heureux de ton corps amoureuxAu beau milieu de l'ombreA éclaté soudainEt ta robe en tombant sur le parqué ciréN'a pas fait plus de bruitQu'une écorce d'orange tombant sur un tapisMais sous nos piedsSes petits boutons de nacre craquaient comme des pépinsSanguineJoli fruitLa pointe de ton seinA tracé une nouvelle ligne de chanceDans le creux de ma mainSanguineJoli fruitSoleil de nuit .   JACQUES PREVERT   .      
Posté par emmila à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,