vendredi 3 juillet 2015

LE JARDIN

Dans ce jardin il n’y avait rienle vide infinipas âme qui viveun jardin sans véritéqui n’avait pas de questionspas plus que de retenusmais sur une tige une rose est apparuelégère et menuele papillon bien vite l’abordace fut ensuite l’abeilleet même un scarabée s’en approchaensuitefleurit l’œil noir aphrodisiaqued’un coquelicot tout rougeses pétales tremblants sans cessede confusion peut êtrela violette vint timidede confusion aussipourquoi pasdifficile de pavaner à côté d’une roseelle se cacha sous un tapis de mousseau jardin le vide... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 3 juillet 2015

ARAGON

Le pré d'argent près de Séville,L'armoise autour d'Alméria,Et les monts comme un jeu de quilles,Sur les collines de jonquilles,Ou Grenade s'agenouilla* [...]Ecoutez pleurer en vous-même,Les histoires du temps passé,Le grain terrible qu'elles sèment,Mûrit de poème en poème,Les révoltes recommencées. . LOUIS ARAGON .   Photographie Nathalie Magrez      
Posté par emmila à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 3 juillet 2015

DESERT

Le silence du désertcette nudité du direm’intriguegraines de silencegrains de sablequi crissent sous la dentqui dans l’espace et le tempsvoyagentà la vitesse des ventsgrains de mots légersne pourrais-tu me direcommentles dunes déplacentdes tonnes de sableremodelant le paysagecomment elles traînentcette mouvanced’une histoire millénairele goutte à goutte de l’oasisperdu dans l’indifférencen’est guère éloquentaussi la rose des sablesou le sirocco ou le fennecmurés dans le silencecette graine du silencequi toujours reste muette nourritla... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 3 juillet 2015

FRATERNITE....

 Et voilà mon frère,Nous avons appris à nous parlerPosément, posément et simplementNous nous comprenons maintenantPlus rien d’autre ne compteEt je dis que demain nous seronsEncore plus simplesNous trouverons ces parolesQui valent le même poidsDans tous les cœursSur toutes les lèvresDésormais nous dirons simplementles choses telles qu'elles sontDésormais les autres riront et diront :« de tels poèmes nous pouvons t’en faire cent dans l’heure ».C’est aussi ce que nous voulons.Parce que nous ne chantons pas pour nous distinguer, mon... [Lire la suite]
vendredi 3 juillet 2015

JOEL GRENIER

La vie se mansarde et retient ses ombres. Sur les toits qui bouillonnent, les chiens du soleil hurlent à la mort. Ils crachent des flammes comme des dragons.Et l'enfant a soif qui ne sait le dire. Et la vieille meurt qui ne peut appeler. L'été en pente raide voit ça de sa fenêtre. Il lira les nouvelles fraîches demain.Demain...s'il existe encore. Si les fleurs ont été rentrées. Elles ne sont pas toutes dans les balconnières. Il en est d'éternelles qui fleurissent la mémoire de les avoir oubliées sur le bord d'un rayon.Comme une chatte... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,