mardi 18 août 2015

PRENEZ UN CHAT

Coupez-le en rouge,et racontez-le en vers :ça vous rendra heureux, parbleu !Et oui ! La poésiedonne des couleurs aux souris.Mais par bonheur,pas que du gris !Elle les peint aussi en morose,et pas que les souris ;les marchands d’art aussi.Si ça lui plait,elle peut cracher du fuchsiasur la cité Nerudaou du mordorésur le rire d’un généralmal décoré.Si elle peut atteindre les étoilesla poésie peut aussibroyer du noirparce qu’il faut savoir,de temps en temps,pleurer le soirsi l’on veut revoir au matinun humaindans son miroir.   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 18 août 2015

DERRIERE LE DOS DE DIEU...Extrait

«Gisement de ténèbres et d’éclairsd’immobilité et de mouvementGisement d’air qui vibre et de languesau fond du silence tenace.Ici un mot, là un geste, une absenceque nous montre, nous épelle l’érosion.Dénudés sur les routes du SudNous portons plus loin nos gîtes d’énigmes,Nos quêtes d’aurore dans la nuit—Entre deux margelles de clartéUn pléistocène grouillant et obscur.L’accord ici est hors clavier.Dans l’écartèlement –bonheur, détresse-nous accouchons parfois d’une vie vraiedans l’espace habitable—»   .   LORAND GASPAR ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 18 août 2015

MONDE

Angle éternella terre et les ciel.Pour bissectrice, le vent.Angle immense,le chemin tout droit.Pour bissectrice, le désir.Les parallèles se rencontrentdans le baiser.Ô cœursans écho.C'est en toi que commence et s'achèvel'univers.   .   FEDERICO GARCIA LORCA   .   Oeuvre Andrew Bret Wallis
Posté par emmila à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 18 août 2015

ALBA

Mi corazón oprimido Siente junto a la alborada El dolor de sus amores Y el sueño de las distancias. La luz de la aurora lleva Semilleros de nostalgias Y la tristeza sin ojos De la médula del alma. La gran tumba de la noche Su negro velo levanta Para ocultar con el día La inmensa cumbre estrellada. ¡Qué haré yo sobre estos campos Cogiendo nidos y ramas Rodeado de la aurora Y llena de noche el alma! ¡Qué haré si tienes tus ojos Muertos a las luces claras Y no ha de sentir mi carne El calor de tus miradas! ¿Por qué te perdí por siempre... [Lire la suite]