La multiple réalité s’efface
dans l’air vide.
Tout égare son nom
dans l’unité secrète,
et l’essence de chaque chose
se recharge
à l’abri lucide des ombres.

...

Nous serons de retour chaque fois
jusqu’à tarir l’être que nous sommes
afin que, de pure vie,
nous puissions gagner le sens
de nos naissances répétées.
...

Les vastes terrasses
de la maison qui ne fut jamais bâtie ;
les vignes ocres qui ne furent pas plantées ;
le temps antérieur au premier instant ;
les villes non fondées ;
le contre-rêve, l’envers de la réalité ;
ce qui n’est pas objet d’oubli ou de nostalgie ;
ce qui n’existe pas ni n’a existé
en heures ni en géographie.

De tout ça se nourrit et meurt,
c’est là que repose,
et œuvre cette façon d’être que nous sommes :
une simple possibilité
face à des renoncements infinis.

 

.

 

ANGEL BONOMINI

 

.

 

werner-hornung

Oeuvre Werner Hornung