samedi 19 septembre 2015

COMME UN SOUFFLE DE ROSEE BRUISSANT...Extrait

Roule les étoiles dans ta main,jette-les au loin, au fondde ton esprit, où elles brûlentet se dissipent en poussière d’orcolorant les galaxies.D’où vient l’odeur d’une rose jaune,et quel est le lien entrecette senteur frêle, orangée, qui s’épuise, voluptueusement,quand elle expire,et l’alchimie des astresen travail de calcul dans ta cervelleoù se concentre l’essence de la lumière,l’opulent désastre de tous les mondes,perçu à travers les feux des nombresaspirés par les Trous noirs,que conserve avec eux la fine pointede ta pensée ?... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 19 septembre 2015

DON DE L' EBRIETE...Extrait

La clarté toujours nous parvient du ciel ;c’est un don : non éparse entre les chosesmais très au-dessus, elle les occupeet telle est sa tâche et telle est sa vie.Ainsi se lève le jour ; ainsi la nuitferme la vaste chambre de ses ombres.C’est là un don. Et qui change les êtreset les rend moins créés ? Quelle haute voûteles contient en son amour ? La voilà,il est encore tôt, elle nous entouretout comme toi en tes vols, elle plane,elle s’éloigne et, encore lointaine,il n’est rien de plus clair que son... [Lire la suite]
samedi 19 septembre 2015

TOURS DE SILENCE...Extraits

La multiple réalité s’effacedans l’air vide.Tout égare son nomdans l’unité secrète,et l’essence de chaque chosese rechargeà l’abri lucide des ombres....Nous serons de retour chaque foisjusqu’à tarir l’être que nous sommesafin que, de pure vie, nous puissions gagner le sensde nos naissances répétées....Les vastes terrassesde la maison qui ne fut jamais bâtie ;les vignes ocres qui ne furent pas plantées ;le temps antérieur au premier instant ;les villes non fondées ;le contre-rêve, l’envers de la réalité ;ce qui... [Lire la suite]
samedi 19 septembre 2015

FEMMES

  Au pied de montagnes austères fécondes en fleuves jaunes et pourpres,   A l'orée des déserts immortels aux lumières magiques,   Il est des lieux où nous ne pouvons être.   Et nous y sommes par milliers ! Mais invisibles et séquestrées,   Scellées sous la garde de portes en bois ornementés,   Remisées sous des treilles enluminées d'inviolables verrous.   Et dans les rues et sur les routes nous y sommes aussi,   Suant la peine et le silence sous le... [Lire la suite]
samedi 19 septembre 2015

LE BLEU DE L'ECRIT

Tant de Bleu dans les mots du poète    Tissé enlacé en lacis caressants, le Bleu s'étire et s'affirme    Oh mon Bleu ! L'intransigeance à ma porte    Ouverte sur la béance de l'azur    Bleu, teinte pure sur nos horizons    Bleu, teinte obscure en lisière des ténèbres    Bleu, fleuve d'encre au long des berges d'une âme...fleur bleue    Bleue cette mémoire vive enchâssée en cartouche sur de l'ébonite    Bleus mes cahiers d'enfance    Bleues... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 19 septembre 2015

LEÏLA ZHOUR

La solitude est comme du chocolat. Amère et douce à la fois, elle a l'âpreté de notre condition, tout comme la cocotte de pâques garde trace de la dureté du cacao brut. Etre seul, c'est parfois être confronté à un insoutenable isolement. Enfermé dans la ronde des pensées, on se heurte aux barreaux du silence, et même un cri dans les montagnes n'est encore que de la solitude. Confiné dans le secret de l'esprit, les sentiments entrent en guerre avec les mots. Plus on parle, plus on rencontre de monde, plus on mesure combien hermétique... [Lire la suite]

samedi 19 septembre 2015

DEVIENS CE QUE TU ES

 Toi qui ne sais pas encore lire le grand livre du passé et demain auras à te reconnaître dans le miroir de l'avenir, il est prévu qu'un jour tu jaillisses des profondeurs de la Vie. Comme ton intervention sera comprise entre le déterminisme et le libre-arbitre, avec le temps tu apprendras à découvrir les étoiles de la nuit, les soirs d'orage, les douces pluies, les vents légers qui transportent des parfums de voyages et les soleils couchants qui te tiendront compagnie. Plus tard, tu apprendras à te connaître, à reconnaître que... [Lire la suite]
samedi 19 septembre 2015

DE L'ALCHIMIE DE SOI

Ne sommes-nous pas les alchimistes malhabiles d'un destin que nous revendiquons pour le mieux avilir? A chaque heure du jour et de la nuit, j'ai le sentiment que nous sommes là à fabriquer, sans le savoir, l'or de nos infortunes et le plomb de nos amères félicités. Sorciers de nos propres sottises, nous agissons avec une telle incurie, une telle ignorance, qu'une incertaine magie opérationnelle se déroule à notre insu, brassant un embrouillamini d'éléments qui se contrecarrent, vent de bricole et s'ouvrent à contresens. La LUCIDITE... [Lire la suite]
samedi 19 septembre 2015

BELLES SAISONS OBSCURES

Nous n'oublions rien des moissons lourdes Des plaines brûlées du long désir Noué aux vignes des sarments rouges De la chair des pollens de lumière Autour des épaules des visages Tendus vers une crête invisible Nous sommes la mémoire du vent Qui s'épuise au chevet de l'hiver Quand vous ne songez plus qu'au silence Où disparaissent même les noms Des plus aimés de leurs plus beaux songes Même cette paume sur la nuque A la croisée des routes les peurs Et leurs aveux débordant les ombres.   .   GERARD BOCHOLIER ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 19 septembre 2015

IL AUTOMNE

"Il automne, à pas furtifs, Il automne à pas feutrés, Il automne à pas craquants Sous un ciel pourpre et doré. Sur les jardins dénudés Se reflètent. en transparence Les brumes d'automne rouillées, Rouillées Dans la forêt de tes cheveux Aux senteurs de poivres mêlés Et sur nos nuits de mi-novembre, Il automne miraculeux, Il automne miraculeux. Il automne, il automne des chrysanthèmes Sur leurs deux curs endeuillés. Il automne des sanglots longs Sous un ciel gris délavé Et, de la gare au cimetière Où ils reviennent chaque année, De... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,