C’était une saison lente
à ciel d’ébène
d’où naissaient des jours sournois.

C’était une saison de silence
d’ombres pétrifiées
de passages étroits.

Chacun déchirait ses psaumes
se dépouillait soudain
de ses mots de ses songes
et courait avec le vent
vers la grève où tout recommençait.

Les yeux fermés
on marchait vers l’écho.

C’était une saison lourde
aux rives incertaines
une saison sans rambardes
où l’infini côtoyait le banal.
En gouttes d’encre
on partageait l’intime.

On avait le regard presque apprivoisé
et nos rêves pour seul viatique…

 

.

 

AGNES SCHNELL

 

.

 

ANDREW WYETH,,

Oeuvre Andrew Wyeth