À la naissance de Sona Jobarteh (à Londres), la kora était encore aux mains des hommes. Seulement voilà, la petite fille avait pour cousin le fameux korafolà Tunde Jegende, et très vite elle brille sur cette harpe-luth mandingue. Aujourd’hui, elle est la plus célèbre des virtuoses africaines. Elle apprend aussi le violoncelle, le piano et la harpe au Royal College of Music de Londres. Elle participe à divers projets orchestraux, joue notamment avec l’Irish Chamber Orchestra et le Royal Philharmonic Orchestra. Elle est également membre de l’African Classical Music Ensemble. En 2008, elle réalise son premier album acoustique « Afro Soul ». « Fasiya », son dernier CD, est sorti récemment – avec Sona à la kora, à la guitare‚ à la basse, aux percussions et à la calebasse. Et bien sûr, au chant. Pionnière, elle l’est aussi dans un tout autre domaine : c’est elle qui a écrit la première musique de film africaine, pour Motherland d’Alik Shahadah, un long métrage qui a remporté une moisson de prix.

http://www.sonajobarteh.com/