Je suis éprise d'une liberté étrangère

venue d'ivresses anciennes

Elle m'apporte le poivre de plaines sorcières 

où tout ce qui pousse est fleur de brûlure

J'ai croisé sa route et l'ai suivie

 

Des choix s'offrent toujours

baisers de feu 

à chaque tentation pour n'en ignorer aucune

 

Les bras couverts d'un duvet de rapace 

Mon ventre couvert d'écailles 

à l'ouest de mon âme je m'étire

où le regard échappe à l'horizon

 

Je suis éprise de ce qui n'est à personne

pauvreté folle - de l'or entre mes mains

J'en fais des trésors pour aimer

 

Je suis éprise de ce qui n'a ni prix ni maître

mon cœur m'échappe 

toujours plus proche du vide

à chaque pas plus libre

 

.

 

LEÏLA ZHOUR

 

.

 

GUY DENNIG

Oeuvre Guy Denning