Une nuit, mes pieds ont pris racine
vertigineusement.

Ô le bienfait de la glaise,
la longue odeur de l'humus,
du temps décomposé,
du sommeil biologique !

Jambes ligneuses,
léchures des vents sur leur aubier,
rosées des songes encor verts,
j'enfante un ruisseau émeraude.

Sous l'écorce de ma poitrine,
quel oiseau délace les barreaux ?
Quel oisillon s'affale à l'idée de choir du nid
ou de mourir de soif ?
L'éponge de mes poumons suffira-t-elle
pour traverser tous les déserts ?...

.

 

BEATRICE LIBERT

 

.

BEATR