vendredi 22 janvier 2016

NOUS NE SOMMES PAS DES ANGES...COMME VOUS

Chez nous pas de prison. Nous avons, comme vous, nos assassins. Ils ne sont pas très nombreux, mais quand même, ils sont là. Mais de prison, aucune. Les pierres qui recouvrent nos chemins sont tranquilles. Elles savent que jamais nous ne leur ferons l’injure de les serrer l’une contre l’autre dans des hauts murs, pour séparer le jour de la nuit, l’homme de son frère. Je vous vois sourire. C’est le sourire de qui croit bien entendre et n’entend rien. Vous vous demandez ce que nous faisons de nos assassins, puisque nous ne les... [Lire la suite]

vendredi 22 janvier 2016

POEME ANCIEN, ANTHOLOGIE DE LA POESIE CHINOISE III ème - XI ème SIECLE

La mer Pourpre au matin m’enivre ; Je porte le soir un manteau de brumes rouges. De l’arbre à soleils je brise une branche Pour balayer les rayons du couchant !   Porté par un nuage, je voyage aux Huit Pôles : Mille givres de jade gèlent mon visage ! Je pénètre l’infini tournoyant Et me prosterne devant le Maître des hauteurs.   Il m’invite à traverser l’Ultime Blancheur, Me verse le Nectar dans une coupe de jade. D’une goutte surgissent dix mille ans ! Pourquoi retourner au pays ? ... [Lire la suite]
vendredi 22 janvier 2016

EDMOND JABES...Extrait

« L’impensé est quotidiennement dépassé ;ce qui renforce, s’il se peut, ma conviction qu’il n’y a pas de pause pour la pensée.« Pareil à la mort qui est avant et après la vie,l’impensé ne serait, ainsi, que la mesure invérifiable d’une penséeconstamment mise à l’épreuve par son insuccès, ... A qui prétendrait que l’on ne saurait dépasser l’impensable,précisément parce qu’il nous prive de toute pensée,je répondrais que, pour le penseur grisé de dépassement,l’impensé réside dans cette image effilochée du vide,révélée par le nœud... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 21 janvier 2016

PREMIERE NEIGE

A Marie-Paule . S'il est miracle ce fut bien de ces pétales de silence dans un lointain matin de France dont tu traduisais en mésange -ou dans un de tes idiolectes- le givre qui s’était figé, avec les larmes de l’hiver, en bleues dentelles de cristal d'étranges oliviers du Nord. Oui, ce fut bien de cette joie vivant en moi longtemps après ta joie d'alors devant le choix soudain de l'Ange : cette neige, pour toi première, dont s'effaça de tout la forme qui de tout absorba la voix, cette neige qui me fait dire que jamais ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 20 janvier 2016

CHANT POUR LE JARDIN DE L'EAU

L'eau inaugure le lieu L'eau, âme libre venant à toi du moindre obscur Écoute l'eau toi qui passes cette porte Premier pas est l'amour Tous les suivants gravissent la mémoire pour saluer les passants Ici, nul étranger Tous frères nous sommes venus glorifier la pureté de l'eau Ô souveraine qui veilles à la pureté n'oublie pas qu'entre tes mains l'eau fait fleurir l'âme et coule jusqu'à l'infini Rien ne te sépare de cet air rien de ce silence Que je touche une pousse revient pour moi à toucher l'étoile Notre nature est la même Ici.... [Lire la suite]
mercredi 20 janvier 2016

NICOLAS FOUGEROUSSE

"Au cœur de notre vie, au cœur des êtres qui nous entourent, la rumeur du monde avance. Il ne s’agit pas tant de se marginaliser ni même de décrier cette rumeur mais plus d’accepter et de laisser entrer ce de quoi nous sommes faits : d’ombre et de lumière. La rumeur veut du beau et du fort. Notre solitude accueille le doute et la fragilité. Il s’agit donc de compromis et d’équilibre, comme toujours. Vivre en poésie, c’est marcher sur le fil imaginaire de la joie, du simple, du lent, du sensuel mais aussi sur celui de la jubilation, de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

mercredi 20 janvier 2016

FLORILEGES

Je n’étais qu’interrogation dans le ventEt me suis fait mirage sans échoJe suis vague et langage.Un jour je me fondrai dans l’apocalypse et le brouillardLaissant closes toutes les portes de l’infini en attente du diable.Le fleuve des instants s’accroupit dans le jardin des fleurs.Les bouches sont figées.Elles n’expriment qu’une litanieDe tourment et de désespéranceEt l’immensité du passé nous lie au zéphyr et au zéro.Rire encore et toujoursProvoquer les gouvernantsRefuserSentir la honteRegretter ses fautesSe réjouirVanter ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 20 janvier 2016

FES

Fès colline vibrantedévianthorizon de fêteblanc torridehors mémoirede celui qui est mortet celui qui mourra Fès vergers de l’âmepaïennegrenadierspampresbigaradiersfleurs de Ghombaz Fès un fou en quête de sa follechancelant entre les trémolos ultimesd’un rebec andalouet de fêtes sans rêvede la genèse d’un soir instablede caprices exilésd’eau anonyme Fès de briques entrelacéesponcéessatinéespar vents lointainsSangs’amenuisant en moment furtifpar quatrainset pâleurs matinales   Des murailles se tordant au creux de... [Lire la suite]
mardi 19 janvier 2016

CLAUDIO ARRAU

mardi 19 janvier 2016

MER ACCUEILLANTE

Tu n’es pas la frontière entre la vie Et la mort, ô mer, tu es la mort et la vie, tout ensemble. Tu n’es pas l’eau seulement, Et le sel, et les herbes sous-marines, et le noyé qui flotte sur les ailes de ses poumons, message échoué sur le rivage. … En émergeant de ton eau féconde, nous croyons tous – retrouver la paix dans l’eau natale, à notre dernière heure. Ce sable que tu donnes et reprends, sera à jamais ton nom, pas un seul grain, sans l’aide de ta main – ne pourra être séparé de la multitude.   .   DARA... [Lire la suite]