Mon ombre à mon côté va cheminant,
Spectre de feu, géant d'un bleu livide,
Me précédant en guide vigilant
Ou me suivant, espion muet et rapide.
 
Elle me quitte en entrant dans le bois
Mais, quand j'en sors, elle est là qui me guette.
Devant l'église elle est prise d'effroi,
En l'homme de tout temps crainte secrète.
 
Elle est signe à la fois sombre et luisant,
Parler du ciel à la parole obscure !
Jusqu'où va-t-elle aller, combien de temps,
Amer jeu du soleil qui me torture ?
 
Tout sous le ciel continue de briller
Mais l'ombre et l'homme, inséparables frères,
A quelque carrefour vont s'arrêter
Pour rejeter le fardeau de leurs fers...
 
Mais tant qu'il fera jour, les deux destins
Se chercheront dans leurs liens éternels :
L'ombre combien plus vaste que la terre,
Et l'homme, lui, encor plus léger qu'elle.
.
.
.
.
JOVAN DUČIĆ

.
.
.

aidée Bernard2

JOVAN DUČIĆ
Oeuvre Aïdée Bernard
JOVAN DUČIĆ
 
JOVAN DUČIĆ