Merci à Marie-Paule et Raymond Farina...

..............

« Et si l’enfer est fable au centre de la terre,
Il est vrai dans mon sein ». Malherbe

A Odette

« Notre tendresse à la notion de la chèvre est immédiate pour ce qu'elle comporte entre ses pattes grêles - gonflant la cornemuse aux pouces abaissés que la pauvresse, sous la carpette en guise de châle sur son échine toujours de guingois, incomplètement dissimule - tout ce lait qui s'obtient des pierres les plus dures par le moyen brouté de quelques rares herbes , ou pampres , d'essence aromatique.
Broutilles que tout cela, vous l'avez dit, nous dira-t-on. Certes; mais à la vérité fort tenaces.
Puis cette clochette qui ne s'interrompt.
Tout ce tintouin, par grâce, elle a l’heur de la croire, en faveur de son rejeton, c’est-à-dire pour l’élevage de ce petit tabouret de bois, qui saute des quatre pieds sur place et fait des jetés battus, jusqu’à ce qu’à l’exemple de sa mère il se comporte plutôt comme un escabeau, qui poserait ses deux pieds de devant sur la première marche naturelle qu’il rencontre, afin de brouter toujours plus haut que ce qui se trouve à sa portée immédiate.
Et fantasque avec cela, têtu !
Si petites que soient ses cornes, il fait front.
Ah ! ils nous feront devenir chèvres , murmurent-elles – nourrices assidues et princesses lointaines, à l’image des galaxies – elles s’agenouillent pour se reposer. Tête droite, d’ailleurs, et le regard, sous les paupières lourdes, fabuleusement étoilé. Mais, décrucifiant d’un brusque effort leurs membres raides, elles se relèvent presque aussitôt, car elles n’oublient pas leur devoir. (…)

Et il ne faut pas la presser beaucoup pour tirer d’elle aussitôt un peu de ce lait, plus précieux et plus parfumé qu’aucun autre – d’une odeur comme celle de l’étincelle des silex furtivement allusive à celui des étoiles jaillies au ciel nocturne en raison même de cette violence, et dont la multitude et l’éloignement infinis seulement, font de leur lumière cette laitance –- breuvage et semence à la fois -- qui se répand ineffablement en nous. »

 

.

 

FRANCIS PONGE

(Extrait de Le grand recueil - Pièces, Gallimard, 1963)

.

 

Kseniya Zenina

Oeuvre Kseniya Zenina