Puis-je te demander
de fonder pour moi
d'un seul mot
le ciel de l'ancienne douceur
de me rendre
l'usage des larmes
pour qu'apparaisse
au bord d'un cil
clair et parfait
l'infime alpha
d'une peine de mon enfance
que mon coeur
loin très loin
dans les saisons du sang
bat comme une peine étrangère

Puis-je te demander
de mentir pour moi
de nouveau
comme savent mentir les fables
de lire comme avant
ô dernière sibylle
d'illisibles messages
dans le vol des oiseaux
et de traduire en transparence
sous tes paupières closes
le dialecte de ceux
qui ont oublié qu'ils sont morts
ou sont simplement immortels
d'entendre leurs noms sur tes lèvres.

.

 

RAYMOND FARINA

 

.

 

Nuit et l enfant2,,,