samedi 2 avril 2016

PACO DE LUCIA - CONCERTO ARANJUEZ ADAGIO

Posté par emmila à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 2 avril 2016

LOIN DE TOUS RIVAGES...Extrait

Pour Josiane Là.Des ruines se lamentent dans un langage déjà d'autrefois." Païs. "Là, et les pierres, face au ciel, depuis hier, depuis toujours.Présence, absence.Entre le tremblement de terre et la pétrification, l'aveugle éboulis des murs se répand sur nos mémoires.Là.Pierres à jamais...Colonnes brisées, vestiges...Pierres de boue recouvertes, livrées à l'oubli, aux " fadarellos " qui peuplent désormais la campagne.Là, et les heures accumulées.Et le silence.Et le silence en feu aux abords de midi.Blanches, les heures révèlent sur... [Lire la suite]
samedi 2 avril 2016

GRAZIELLA ...Extrait

L'île d'Ischia, un de mes berceaux familiaux   Un soleil étincelant moirait la mer de rubans de feu et se réverbérait sur les maisons blanches d'une côte inconnue. Une légère brise qui venait de cette terre, faisait palpiter la voile sur nos têtes et nous poussait d'anse en anse et de rocher en rocher. C'était la côte dentelée et à pic de la charmante île d'Ischia, que je devais tant habiter et tant aimer plus tard. Elle m'apparaissait, pour la première fois, nageant dans la lumière, sortant de la mer, se perdant dans le bleu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 2 avril 2016

ARIANNA SAVALL " TARANTELLA ", DE RIBAYAZ 1677

Posté par emmila à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
samedi 2 avril 2016

LE JOUR VIENDRA, LA NUIT AUSSI...Extraits

J'avance dans la nuit. J'écarte l'ombre et j'ouvre les étoiles pour y trouver la perle opaline. Les oursins se rétractent. J'ai désancré mes ailes pour un très long voyage. Je m'irise et je plane. L'espace jaillit de mon vol. Ne me rappelez pas dans vos terres obliques.Volutes. Spirales. Enroulements. Je tourne et tourbillonne dans le lisse et le doux. Tendres torsions. Je m'évapore dans le vent. Je vais je ne sais où, dans le velours de l'aube ou la soie fragile du couchant. Je me dissous, m'éparpille, arc en ciel éphémère.... [Lire la suite]
samedi 2 avril 2016

DANS LE DOUTE ET LA FERVEUR...Extrait

Juste le temps de savourer, fugaces,les framboises sauvages, de humer l'odeur de sous-boisGriserie de l'humus,comme on retourne à l'origineJuste un instant perdu dans l'immensitéCommencement et finUn bourgeon d'avenirUn ciel d'exilNous, les nomades, infiniment tournonsdans la lumière de l'étéIl n'y a pas de portSeul, ce soleil en point de mire,cet incessant départRegarde s'éloigner la plageoù tu rêvas de vivre largeNe reste que varechs,quelques tessons sur le sable mouillé,le goût salé des coquillages,ou la blessure des rochersLa nuit... [Lire la suite]