À ce qui n’est que peau
ou écorce
à ce qui est nébuleux

ténu
au point d’être improbable

j’oppose
les petits pas pressés de l’infime
le rire des voix humides
la chute des oiseaux dans l’indifférence
le flux caressant pour les immergés
la main retenant le sang
d’une plaie invisible...

Tout ce qui est fragile
nous est essentiel.

.

 

AGNES SCHNELL

 

.

 

K Y L L I • S P A R R E

Photographie Kylli Sparre