un instant nous avons existé
 d'avoir pressenti
 l'éternité de notre désir  
 nous ne sommes plus totalement
 inconnus à nous-mêmes  
 les sables de la parole
 guident notre pas
 en ce long chemin vers l'origine


...


ton ombre vit
de ce qui vient  
de la vague   
du tremblement de l'algue
dans la voix
des sables abandonnés
 au tourbillon des mouettes  


...


algue
j'ai grandi vague
poisson
étoile aux multiples branches
la première lettre de l'alphabet
incrustée sur le front

 
...


dans ma main droite
 la vie du jour
 une ode aux moineaux  
 avril dans les arbres
 et un ange égaré  
 dans ma main gauche
 quelqu'un marche ...

 

.

 

AMINA SAÏD

 

.

 

ROBERTO MOIOLA namib-desert-meets-sea-

Photographie Roberto Moiola