Puisse mon amour des dessins changeants
des corps, des eaux et des vents de ce monde
avec les martinets voler encore ce soir
certitude d'un instant dans la joie
d'une vie d'un coup d'aile dépliée
comme si dans le geste de s'ouvrir
il y avait une braise éternelle

Reviens près de ces pierres
où quelques mots respirent
écoute-les de toute ta nuit
tout le poids de l'oubli courbé
sur un feu qui consent aux gris
lumineux et fragiles de ces cendres
poignées de semences
que dispersent les vents

.

 

LORAND GASPAR

 

.

 

PHILIPPE LE FERRAND

Oeuvre Philippe Le Ferrand

philippe-le-ferrand.tumblr.com/