Un jour
la raison a fait son baluchon
Hop, j'prends la route, j'bats le goudron
Elle a dit j'me casse, c'est fatigant la vie d'ici
Tempête, pistaches et roudoudous
j'veux m'amuser
serrer la main des fous
paraît qu'ils ont un vin de derrière les fagots
(ça sent le souffre !)
Des bonshommes en costume lui ont demandé si elle avait le droit
Mais les gars !
J'ai toujours raison,
c'est ça qui est bien la force du nom, vous savez
Elle a fait du chemin loin loin
dans la gadoue, sur les montagnes
Elle a trouvé des farfelus
partout ils tiraient une bière rose fermentée sous acides
Bigre ! ça décoiffe !
Elle commençait à retrouver du sens aux choses
(ses sens ?)
Elle a sauté dans une pirogue gréée par un taiseux
traversé des vents qui sentaient l'anis
Il n'avait même pas peur, le bougre, mais elle, si
Oh la la ! Pas raisonnable tout ça, a-t-elle pensé
mais qu'est-ce qu'on s'marre !
Elle fait des tours et détours au manège de la Terre
Elle a eu mal au coeur
(ah, ben si, elle en avait un finalement)
Elle a ri
(les zygomatiques au travail, ça déchire !)
Elle a pleuré
(des litres !)
et puis elle est rentrée
Elle a retrouvé son salon tout p'tit
ses pantoufles toutes serrées
son lit tout mou
et elle a dit Ohé les gars !
J'connais bien mieux qu'tout ça !
Venez on s'casse, pistaches et roudoudous
On tape la route, on change de nom
on va boire un canon et siffler des chansons
.
.
.
.
LEILA ZHOUR
.
.
.

roudoudous