Voyage futile ?
Quelques cailloux à la joue du rêve
initient un chemin.
Sautillement d'oiseaux
entre nos deux visages,
palabres des gentianes
aux
lèvres carminées
quand, derrière la haie,
le soir couche le vent
quand, derrière ton nom,
s'élève un chêne vert.
Au coeur de l'hiver
débroussailler les heures
et retenir des friches
leur patience gris-bleu.
Déterrer sous la croûte durcie
un
reste de jour,
un morceau de saison.
Les rainures du temps
laissent glisser le ciel.
Frêle esquif ?


Voyage futile ?
Si peu de couleurs s'apprêtent à embarquer.
Et pourtant,
il suffirait d'un rien
pour les accorder.
De quelques notes de jasmin
quand les mains de l'orante
ne sont plus que deux ailes,
deux ailes de gaze,
fines et légères.

.

 

BRIGITTE BROC

 

.

 

GUY DENNING2

Oeuvre Guy Denning