Que d’autres se vantent des pages qu’ils ont écrites ;
moi je suis fier de celles que j’ai lues.
Je n’aurais pas été un philologue,
je n’aurais pas interrogé les déclinaisons, les modes,la laborieuse mutation des lettres,
le d qui se durcit en t,
l’équivalent du g et du k,
mais tout au long de mes années j’ai professé
la passion du langage.
Mes nuits sont pleines de Virgile ;
avoir su et avoir oublié le latin
est une possession, parce que l’oubli
Est une des formes de la mémoire, son vague souterrain,
l’autre face secrète de la monnaie.
Quand dans mes yeux s’effacèrent
les vaines apparences chéries,
les visages et la page,
j’entrepris l’étude du langage de fer
dont mes aînés se servirent pour chanter
épées et solitude,
et maintenant, après cet siècle,
du fond de ton Ultima Thule
ta voix m’arrive, Snorri Sturluson.
Le jeune homme, devant le livre, s’impose une discipline précise ;
à mon âge, toute entreprise est une aventure qui confine à la nuit.
Je n’achèverai pas le déchiffrement des vieilles langues du Nord,
Je ne prolongerai pas mes mains désireuses dans l’or de Sigurd ;
La tâche que j’entreprends est illimitée
et va m’accompagner jusqu’à la fin,
cette fin non moins mystérieuse que l’univers
et que moi, l’apprenti.

 

.

 

JORGE LUIS BORGES

 

.

 

tham 10,,

Photographie Thami Benkirane

http://benkiranet.aminus3.com