Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EMMILA GITANA
Visiteurs
Depuis la création 1 616 529
Newsletter
Archives
16 mai 2016

MICHEL CAMUS

Merci Adélita mia...

 

S’ouvrir et attendre que s’écrive,
non pas un poème,
mais ce qui traverse et dépasse
« l’homme troué »
qui n’est pas quelqu’un,
mais une goutte de lumière,
un grain de silence,
un noyau fermé sur soi
de transpoésie inconnue :
quelque chose d’infiniment ouvert
seulement vers l’intérieur,
quelque chose d’abyssal à quoi
grâce à sa lumineuse ignorance
il se sent verticalement relié.

On vit sans savoir ce qu’est la vie.
On aime sans savoir ce qu’est l’amour.
On crée sans savoir ce qu’est l’inspiration.
On meurt sans savoir ce qu’est la mort.

On vit. On aime. On crée. On meurt.
Pourquoi en parler ?

Pour en sentir l’Enigme,
Pour nous rapprocher de la Source
de notre lumineuse ignorance.
Pour marcher encore et encore
vers ce que nous ignorons.
Pour apprendre à aimer et mourir.
Pour apprendre à nous taire
et nous ouvrir, nu et muet, à !

Seul le silence de l’amour peut combler de lumière
les bouches d’ombre de nos pensées.

Le silence n’est pas la négation du langage,
mais son aura et le parfum de son âme.

Le langage est à la nature de l’homme
ce que le silence est à sa transnature.

Le langage qui, par nature, est distance
ne peut qu’évoquer de loin le silence
qui est coïncidence.

Sans la langue,
comment ferions-nous allusion
à l’expérience du silence ?

 

.

 

MICHEL CAMUS

 

.

 

Samantha Keely Smith

Oeuvre Samantha Keely Smith

Commentaires
EMMILA GITANA
Pages
Tags
Derniers commentaires