Survoler les pays pour effacer les guerres,
partir, non juste vers la paix, mais vers la vie,
être partout sœur absolue de la colombe,
jamais un épervier pour les autres oiseaux.

Humains qui me lorgnez avec cette constance
à ceux que l’on respecte et aime réservée,
je suis perplexe en observant votre mélange
de goût du vivant et de plaisir à tuer.

Je tournoie sur vos fronts à quelques hauteurs d’homme,
partout je me rapproche de vous et vous crains,
goûte la belle part de vous que j’affectionne
mais évite de m’abîmer dans vos brisants.

Je niche ailleurs que sous les toits de qui me hèle,
aimant qui bride son désir par le respect,
aux pics de votre prétention à tout contraindre
je n’ai pas assez d’ailes pour y accéder.

.

 

HENRI-LOUIS PALLEN

http://www.lierreentravail.com/pages/poesie/Toujours%20cette%20vie%202.html

 

.

 

Peter-Mitchev,,

Oeuvre Peter Mitchev