Est-ce que tu te souviens encore ? Les pauses miséricordieuses parfois qui venaient rompre cette obsession de l'éternité, les musiques, les visages et soudain, sur le sable même de la rive absolue, le dernier adieu du temps... La lumière change comme une voix. Elle n'est plus le témoin sans force d'une agonie. Elle redevient soleil, ce long rayon vivant qui s'agenouille au bord des draps dans un fauve reploiement d'ailes. Tu soulèves une main. Tu lui tends l'inquiète main des mères qu'elles glissent à la nuque de leurs petits garçons hors d'haleine. Il la pose au creux de ses paumes chaleureuses, dore et détend les doigts qu'il ramène à leur repos. Tes mains dorment dans l'ombre. Là-bas la première abeille de l'année frôle une vitre et fuit. Une abeille, un rayon, quel adieu plus léger ?
Mais déjà ton oreille est close et sur ces lèvres scellées, l'absence dessine le lent sourire sans réponse qui ne s'effacera plus."


.

 

GUSTAVE ROUD

 

.

 

ROUD

Oeuvre ?