mardi 17 mai 2016

ANECDOTES...Extrait

Dionysos nous tutoyait Magiques étaient nos voyelles Les images nous appelaient -t'en souviens-tu Eve de mes six ans ô petite contemporaine d'ancolies lunatiques au jardin de rouges croyances ?- - Intense était notre passion d'innocence On vivait d'amour & d'airelles cherchant ce que le vent cherchait mettant aux nuages des virgules & si d'aventure on sortait du cercle des cigales il faisait blanc autour des morts blanc autour des cyprès gorgés de leur sommeil Ou des silences chuchotaient & quelquefois c'était comme le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mardi 17 mai 2016

PATIENCE...

Patience d’arachnéenà tisser et retissercontre l’invisible.Patience pour nos tessonsnos lourds bagagesnotre rage sèchenos brûlures d’abeilles.Patience encorepour la blessure mollela cicatrice dévastéequi saigne le temps à venir.Patience contre la dérobadel’équivoque de l’oxydé.Patience pour creuser l’infime.Patience envers les écritsnés de l’obscurscandés en sautillanttressés sur des ruines.Patience pour les doigts uséspour le chant abandonnéla descentedans l’enfer de l’autre.Patience enfinpour les tempêtes intimescelles que l’on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 17 mai 2016

AGNES SCHNELL...Extrait

Restera-t-il en tes motsquelque imagequi parlera de ton absence ?Restera-t-il en tes motsun peu de l'haleine tièdequi leur donna des ailes ?Demain tu attendrascomme on espère la pluieou la nuit parfois.Dépouillé de cette poussièrequi te blessaitqui en blessait d'autres,tu partiras les mains vides… .   AGNES SCHNELL   .   Photographie Hengki Koentjoro   
Posté par emmila à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 17 mai 2016

LA PAROLE QUI VACILLE...Extrait

À brasser tant de marées dans des récitations d’enfance qu’attends-tu de la mer sinon ton propre achèvement d’écumetu ouvres la vague majusculetu enfreins l’onde loi qui dictene pas finir arraisonné ni du sel des naufragesincliné sur l’horizoncouronné du seul soleilqui meurt chaque soirtous les rayons brisés nous confient quesous la surface encoreon peut survivrejusqu’aux larmes.   FRANCIS ROYO   .   Photographie Hengki Koentjoro  
Posté par emmila à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 17 mai 2016

SEKOU KOUYATE & JOE DRISCOLL

  .   .
Posté par emmila à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 16 mai 2016

LETTRE DE JACQUES BREL A LINO VENTURA

Ile d'Union (Antilles), le 28 décembre 1974 au soir A bord de la « Korrig »   Cher Lino, Plus de deux mois en mer déjà sur ce petit bateau, du vent, des orages, de la pluie qui lave et ce soir l’envie de te parler. Tu sais, Lino, je suis plus jeune que toi mais je crois tout de même être autorisé à te dire que je t’aime bien. J’ai rencontré si peu d’hommes en 45 ans qu’il me semble une faute de ne pas les serrer un peu contre moi, même si en échange, j’ai bien peu à donner. Tu vois, je ne sais ni ce que sera ta vie ni ce que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 16 mai 2016

LE VOYAGE

Merci à Marie-Paule Farina   Pour l'enfant, amoureux de cartes et d'estampes, L'univers est égal à son vaste appétit. Ah! que le monde est grand à la clarté des lampes! Aux yeux du souvenir que le monde est petit! - Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme, Le cœur gros de rancune et de désirs amers, Et nous allons, suivant le rythme de la lame, Berçant notre infini sur le fini des mers: Les uns, joyeux de fuir une patrie infâme; D'autres, l'horreur de leurs berceaux, et quelques-uns, Astrologues noyés dans les yeux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 16 mai 2016

MARIA ZAMBRANO

Il y a des choses qui semblent autres ou ressemblent à d'autres ; l'orchidée qui a l'air d'un papillon ou la pierre du ruisseau qui ressemble à un crâne. Et cet air ou cette ressemblance suggère à l'esprit une autre idée que celle d'une simple analogie formelle, même lorsqu'il en est ainsi non par nature mais par hasard. Celui qui découvre un petit caillou semblable à un crâne le ramasse, le regarde et le met de côté autrement qu'il ne le ferait pour une pierre qui ne ressemblerait à rien, qui serait seulement jolie. Celui qui se... [Lire la suite]
lundi 16 mai 2016

DE L'AURORE...Extrait

Plus encore que le silence des ténèbres l'aube est annoncée par un silence spécifique, un silence révélateur que l'inquiétude de celui qui attend ou espère ressent comme une imminence: "Elle vient , elle est en train de venir". Le condamné, non à mort, mais à mourir, le ressentira d'une manière impossible à transcrire, même si il lui est donné de continuer à vivre . Mais si l'on n'espère ni ne craint, alors arrive la révélation de ce silence par lui même, sans promesse aucune. La promesse voile si souvent la présence réelle, la... [Lire la suite]
lundi 16 mai 2016

POESIE ET REALITE...Extrait

La poésie est une tentative risquée et visionnaire d’accéder à un espace qui a toujours préoccupé et angoissé l’homme : l’espace de l’impossible, qui parfois semble aussi l’espace de l’indicible. J’ai toujours pensé la poésie comme la plus éminente manifestation de cette histoire occulte des hommes et de la correspondance ineffable avec la réalité qui s’y révèle, au delà du gonflement du simple temps linéaire, au delà des formules et des systèmes qui codifient la connaissance, la prière, le regard, le geste, le lieu, l’amour, le... [Lire la suite]