Apporte-moi le tournesol, que je le transplante

Dans mon terrain brûlé par l'air salin ;

Et qu'il montre tout le jour aux miroirs bleus

Du ciel l'anxiété de son visage jaune pâle.

Les choses obscures tendent à la clarté,

Les corps s'épuisent en flux

De teintes : elles en musique. S'effacer

est donc le destin suprême.

Apporte-moi la plante qui nous mène

Là où surgissent de blondes transparences

Et s'évapore la vie telle une essence ;

Apporte-moi le tournesol affolé de lumière.

 

.

 

EUGENIO MONTALE

 

.

Anita Stoll22

Oeuvre Anita Stoll