mardi 5 juillet 2016

SEPT HEURES MOINS SEPT...Extrait

Un obscur poète dans un hameau perdu a décrété cette année année de la poésie cette année-là les paysans quoi qu'ils aient semé ont moissonné des poèmes les voisins sur la corde à linge avaient étendu des poèmes mois de mai les étalagistes étalaient des poèmes un vers de poésie a disparu sur le rivage nul ne le cherche le vent a dérobé un hémistiche sur le fil d'étendage du voisin les amoureux indigents dans l'obscurité de la nuit hors de la vue des patrouilles ont diffusé des tracts de poésie l'hôtel des monnaies a frappé des... [Lire la suite]

mardi 5 juillet 2016

EUGENIO MONTALE

Apporte-moi le tournesol, que je le transplanteDans mon terrain brûlé par l'air salin ;Et qu'il montre tout le jour aux miroirs bleusDu ciel l'anxiété de son visage jaune pâle.Les choses obscures tendent à la clarté,Les corps s'épuisent en fluxDe teintes : elles en musique. S'effacerest donc le destin suprême.Apporte-moi la plante qui nous mèneLà où surgissent de blondes transparencesEt s'évapore la vie telle une essence ;Apporte-moi le tournesol affolé de lumière.   .   EUGENIO MONTALE   . Oeuvre Anita... [Lire la suite]
mardi 5 juillet 2016

UNE COLOMBE UNE AUTRE...Extrait

... Vous migrateurs que l’aube esquisse dans les pressentiments d’hiver sûrs d’épouser le pur tracer de l’infaillible main de l’air visible songe sagittal vecteur d’un ouvrage majeur sur le souffle secret des dieux pilotes calmes & lucides parmi ces méandres célestes ces labyrinthes cristallins où des vents furieux désespèrent élan dont la cadence va soudain s’amplifier comme sensible à l’impatience d’un berger abyssin ou d’une aube de Casamance vous n’êtes pas l’Exode d’une bible invisible ni le dernier symbole d’un... [Lire la suite]