"On meurt : on meurt, on est à terre. On écoute les poètes, on écoute leur voix, le temps qui passe par leur souffle, venus de tous pays, marchant vers nulle part, on entend le murmure du monde, la mémoire de l'oubli, un long chant lancinant, et qui s'élève : et nous rehausse. Ils sont tous là, assis par terre, le dos au mur, à faire un feu avec la vie. Ils sont là, tous, à faire des flammes avec leurs mains, mettre des braises avec leur bouche, et nous réchauffer le coeur.

            on est à terre
            et c'est la fin
            on meurt des vertiges des oiseaux
            on meurt enfin
            tout en rêvant
            qu'une armée en furie
            baisse la tête devant :
            une poignée de fous."

.

 

EDITH AZAM

 

.

 

TCHOBA ADN,

Oeuvre Tchoba

http://www.tchoba.com