S’hè firmatu indè a mente, in lu dùbitu prisente

Un frombu chi nimu un po pientà.

Sò le matine impalidite di le prumesse fughjite

Ch’un albore vene assulanà.

Sò li populi in mossa  chi un temenu la fossa

Sò li ghjorni è sò l’eternita

Sò quelle ghjente schiffite, pronte à lampà le so vite

Per un sognu un ansciu di sperà

Quandu un basta a parolla  quandu si move la folla

Quandu  l’ora hè sunata,  Avà.

  Sò li muri d’una vita alzata

Cum’un mughju cum’una parata.  

Disfatte sò tandu l’offese i ghjorni  à rinchinà

E loghe e parolle diffese  e notte a scunghjurà

Disfatte e nazion’è l’imperi   è nimu un  po parà

Disfatte, disfatte

  Disfatte sò …è cambiera

E nimu  a sò, un po parà  

Cascate,  e  so muraglie avà

Svegliate, e campagne e cità 

Rizzate,  e soie e vuluntà è chjare sò  e so speme  

Hè ghjunta l’ultima stonda di un mondu chi s’affonda

Per fà piazza a un altru campà

E la ghjente s’addunisce in ped’a le so muricce

Per e libertà ritrove, fa festa à li tempi novi

E fà di le so accolte, triunfà le so rivolte

E gloria    

 

.

 

JEAN-PHILIPPE GUISSANI

MAXIME MERLANDI

http://www.barbara-furtuna.fr

.

 

.

 

Dans le doute présent, une clameur inexorable
Est venue marquer les esprits
Ce sont ces matins blafards des promesses enfuies
Et qu’une aube nouvelle vient ensoleiller
Ce sont ces peuples en révolte que la mort n’effraie pas
Ils sont le temps présent et l’éternité
Ce sont ces gens aux traits marqués, prêts à sacrifier leur vie
Pour un rêve, un souffle d’espoir
Quand les mots ne suffisent plus, quand la foule se lève
Quand l’heure est venue, maintenant.

Ils sont les murailles d’une vie dressée
Comme un cri, comme une barricade.

Finis alors les humiliations et les courbettes
Toutes les choses interdites et ces nuits de crainte
Défaits les nations et les empires et personne ne peut rien y faire Défait, défaits…

Défaits et tout va changer
Et personne ne pourra l’empêcher…

Les murailles sont tombées
Villes et campagnes se sont éveillées
Leurs volontés se sont dressées
Et leurs espoirs sont clairs

La dernière heure a sonné pour ce monde qui s’effondre
Et fera place à un autre.
Les gens se massent au pied des ruines
Et les libertés retrouvées, célèbrent les temps nouveaux
Pour faire de ce rassemblement triompher leurs révoltes