"Échanger paroles est acte des amoureux"
François Rabelais

 

.




Tu m'écris. Jour après jour, chaque bouffée de ton souffle m'écrit, comme, une à une, les fleuraisons des heures.

Tu m'écris, aristotélicienne, en élaborant des repas savoureux. Tu m'écris quand tu chantonnes une aria de Bellini, tes toisons moussues sous la douche.

Tes mains filent trame et chaîne, fibres imprévues quelquefois, et, dans l'étoffe des mots incrustée de tessons, incisée de reprises, d'ajours, brodent, de syllabe en syllabe, le dit du libre jeu qui nous intensifie, pesanteur et volée suzeraines, peau contre peau nous caressant. C'est ainsi que tu m'écris, par ce nous qui se compose.

Tes élans nus m'inventent désireux me déplient dans la soif me lavent en tes liqueurs ainsi m'écrivent, remous et pulsations au comble de l'éveil. L'orient de tes vocables et leur porte-silence me libèrent de mes brides, délient ma langue la tendent vers toi, ma bouche ouverte s'accolant, se mouillant de ta mouillure, ta salive de désir
qui m'écrit, que je lis comme une encre révélée à la chaleur. Tu m'écris par la constance de tes bras à m'embrasser.

Tu m'écris par ton regard facteur du cadeau d'un oui, tu m'écris par ton entre-lèvres. Hors d'haleine, puis alanguis sur le drap, l'herbe fraîche d'un bosquet, le gazon d'une prairie où le tendre de tes cuisses et le contact du trèfle blanc du ray-grass enivrant se conviennent pour l'écoute d'une voix phréatique ? C'est ainsi que tu m'écris : rêves de la route du sel, rêves d'organsin, de tussors, d'aromates sous les palmes d'un dattier à la pure joie d'exister sous le quinquet de Vénus. Or, tu le sais bien, la trace d'un rêve n'est pas moins réelle que celle d'un pas.

Tu m'écris quand tu combats le monde du produire infini, globalisé sans horizon ‒ tu le nommes l'immonde. Tu m'écris quand je lis ton souhait : "l'échange sans marché où la valeur d'usage ne serait que l'échange du don". Ce qui est loin appelle à soi ; toi, du lointain qu'on ne peut approcher, tu sais te rendre proche ; comme une étoile, guider vers lui.

En allant vers ton risque, tu écris le mien.

 

.



FRANCOIS LAUR

.

 

 

francois