On couche tôt son corps inhabité, prétextant un sommeil inexistant, et l'on s'inscrit à l'habitude .
Les années pleines de vie sont affaires classées. On prend le train tranquille, on s'y accroche de
plus en plus difficilement puis on l'oublie. L'automatisme s'installe, ultime preuve d'un pouvoir
d'action révolu. On s'attarde longtemps sur la fleur qui nous émerveille, on se penche même à
grand coup de douleur pour chercher son secret, et en fermant les yeux on la respire comme
une bouffée d'oxygène. Derrière les carreaux, la nature nous offre ses meilleurs tableaux, on
l'observe avec la plus grande attention. On l'écoute. Tout est resté à sa place. Elle nous a
accompagnés discrètement depuis toujours et sans condition. Aujourd'hui nos yeux lui sont
reconnaissants pour sa fidélité. On la remercie de nous donner ce plaisir, preuve de vie .
.
.
.
JOSIANE
.
.
.

joss