Chasuble du matin
l'azur
– et la sève du ciel
s'étoile en fusées d'hirondelles
Une jaune rumeur d'abeilles et d'amour
auréole les noces des poiriers
Grise en son nid de cloches
quelle heure à voix cassée
décline son identité

...

 

Automne des visages
où ce qui fut regard
n'est plus qu'une eau troublée

Aux deux bouts de la nuit
bien au-delà des rosées d'hortensias
et des épis de dauphinelles
les crépuscules se répondent
dans le reflet fumeux des vitres

Nous allons
sous l'ombrage du Temps
vers des puits sans paroles

 

.

 

FRANCIS BOURQUIN

 

.

 

mahmoud al- Kurd

Photographie Mahmoud Al Kurd

http://www.mahmoudalkurd.com