Si tout se vitrifiait

En un sursaut mauresque

Cézembre

La contrescarpe

Les villas pittoresques

Le casino ramier

Et ses chausses d’opale

L’hôtel incandescent

Le Printania

Les voiles

Les arêtes du vent

 
 
Si tout se confondait

Panoramiquement

Sous l’arceau simplifié

Du temps qui se repose

Emargeant tendrement

Le bréviaire des roses

Et le parapet fou

Où veillent les amants

 
 
Si tout se mausolait

Océaniquement

Sous la croupe ivoirine

D’un sanglot exemplaire

Il me viendrait tes mots

Encorneillant la mer

Sous l’aplasie perlière

D’un  brûlot  frémissant

 
 
Si tout me revenait

Imperceptiblement

Sur les reins tuméfiés

D’un sentier famélique

L'îlot

La contrescarpe

Les  villas excentriques

Tricotant sur la mer

Des césures de jais

 
 
Il fleurirait des cales

Des palmes volubiles

Et sur le marchepied

De nos vies fleurantines

Des rotondes de mai

.

 

SYLVIE MEHEUT

 

.

 

 

baie du Prieuré Dinard2