Sur les trottoirs de Buenos Aires
j'ai usé mes souliers
à travers des galaxies
où brillent les lames de couteaux
entre des ombres mystérieuses
j'ai fréquenté des boliches¹
que l'esprit du tango fait tanguer
dans des lueurs d'alcools assassines

Sur les trottoir de Buenos Aires
des christs drogués agonisent
crucifiés de peur et de misère
ils n'ont presque plus de dents
et quémandent la cigarette du condamné
au passant insomniaque
qui retarde jusqu'à l'aurore
l'heure de rentrer chez lui

Sur les trottoirs de Buenos Aires
des spectres muets trafiquent leurs souvenirs
avec des anges malentendants
et l'amour est hors de prix
lorsque tombent les chiffres du désespoir
et que la mélancolie
envahit comme une mauvaise herbe
les trottoirs de Buenos Aires.

 

.



ANDRE CHENET

 

.

buenos-aires-

Oeuvre F. Herrera & J. Herrera